J’aime la supra identité que nous confère la relation que l’on a avec sa cité, avec sa ville… Je n’ai pas la nationalité française et pourtant j’investis pleinement cette identité séquencée lorraine, nancéenne (au sens métropolitain du terme 😉 ) meurthe-mosellane, vandopérienne, villaroise (de coeur) sans qu’aucune contestation ne soit possible.
Il est pour moi évident que dans un monde de plus en plus globalisé, les strates identitaires se doivent d’être vertueuses pour redéfinir une identité nationale naturelle. Cela passe par une acuité politique et une probité morale des administrateurs de la cité.
J’ai fort heureusement, le privilège de bénéficier d’une relation intelligente et altruiste avec les équipes municipales où s’expriment mes nombreux engagements dans la cité.

C’est ainsi que la veille de la commémoration pour les victimes de la dictature d’ Ali Bongo, j’ai consacré ma journée aux jeunes du quartier Vand’Est afin de sensibiliser les filles en particulier, à la pratique du Volley-ball. Ça l’air de rien comme ça, mais c’est une pratique « libératoire » (Processus cathartique d’émancipation morale) qui les affranchira certainement de carcans obscurantistes rétrogrades. Elles seront je l’espère les Laurence Ndong de demain: Ces femmes engagées dans des combats comme celui d’aujourd’hui nous menons au Gabon pour la liberté.
Suis-je un utopiste? Suis-je un doux romantique rêvant plus haut que les cheveux dressés de sa tête? Si je le suis, alors d’autres plus pragmatiques que moi le sont eux aussi.
Faire NATION, c’est aussi faire MONDE, s’associer au drame qui se joue en Syrie, à l’injustice que subisse les gabonais. En démocrate républicain patenté, je continuerai à m’investir dans ma cité avec la force de mon cœur et les moyens de mon cérébral. C’est en réalité une ellipse virtuelle pour signifier ma reconnaissance sans flagorneries intéressées aux soutiens discrets qui nous accompagnent dans cette lutte au Gabon.
Ce dimanche, avec les mamans, les papas et les enfants, l’équipe Resperance ira encourager le VNVB! Cet aparté heureux, me fait espérer des lendemains meilleurs ici et là-bas dans mon autre « chez-moi ».

Laisser un commentaire