Les stratèges d’Alli Bongo avaient bien préparer leur coup et je dois bien  leur reconnaitre une certaine habilité.  Je soupçonne fortement l’implication au plus haut point, de l’émérite universitaire  Guy Rossantaga.
En effet, la proposition du dialogue faite immédiatement au lendemain du hold-up électoral, avait pour objectif de brouiller les antagonismes et d’introduire subtilement, l’idée d’un troisième tour électoral. Ceci avait pour objectif d’atténuer les ardeurs de la rue tout en amadouant les « opposants » de circonstances . La promesse en filigrane de non reconduction du mandat d’Ali Bongo en 2023 ainsi que la limitation de ses prérogatives au courant des 6 années restantes, avaient nourri quelques espoirs chez ces opposants opportunistes que nous qualifions dorénavant de « oppositoires« …


Si l’on pouvait se laisser séduire par l’approche endogène pro-bantou du discoureur commanditaire, les  conclusions attendues de cette énième couillonnade « pédégiste » sont venues doucher toutes nos naïves espérances.  L’opposition, la vraie, n’a jamais été dupe de cette farce dispendieuse.
Quand je réalise que près de 14 milliard de FCFA versés en pers-diem et autres émoluments auraient été consacrés à ce numéro de prestidigitation!

Ça va faire plus de 20 ans que nous avons droit au même tour de magie à chaque élection, avec toujours les mêmes promesses abracadabrantesques de renouveau institutionnel.
A chaque accord signé, des litres de sang versé…
Faut-il attendre les futurs accords d’Okala ou de Kinguélé et d’autres massacres encore plus violent pour enfin espérer l’alternance politique?
Non, 2016 ne sera pas 2009!

Ils se sont partagés les postes comme à leur habitude et n’ont eu aucun mot pour ces pauvres gabonais assassinés durant cette terrible nuit du 31 août.
Non! Il n’y aura jamais de trêve sociale tant que les assassins de nos frères souilleront encore de leurs crasses mains le pan de notre beau drapeau vert-jaune-bleu.
Non! Les « suppositoires » faméliques de ce régime diabolique moribond ne seront jamais la véritable opposition résistance!

 

Quand bien même  Jean PING tout comme le Père Mba Abessolo irait ils se coucher devant Ali en rendant les armes que nous continuerons le combat sans lui. Dieu merci, il tient debout et continue d’incarner dans sa chaire ce Gabon qui refuse de céder encore une fois aux manigances d’un clan sanguinaire. C’est lui notre plus grand atout: Sa détermination conforte cette résistance. Au-delà de la tectonique des parties politiques et des projets individuels , Jean PING consolide cette digue qui contient depuis plus de 8 mois le clan d’Ali le sadique.
Résistance! Résistance! Résistance